LDD, LOA et FICP: faire un leasing en étant interdit bancaire !

Le crédit pour interdit bancaire et FICP, d’une façon générale, c’est très compliqué. Au moins les choses sont dites et la problématique posée. Mais si vous cherchez à acheter un véhicule en leasing, ou à le louer, il y a des façons de prendre le problème autrement, en allant voir ce qu’il est possible de faire au Luxembourg ou en Allemagne, sans pour cela passer par un courtier en leasing auto pour FICP.

Acheter ou louer sa voiture à l’étranger


C’est un peu la tentation quand tout ne se passe pas très bien en France de ce côté là. Ainsi, si vous allez chez Renault ou Peugeot en étant dans cette situation financière, il y a peu de chances que ça passe, le leasing avec un dossier de surendettement n’étant pas bien vu à l’intérieur de nos frontières.

La LOA ou la LDD permet en tout cas de ne pas avoir une grosse somme à sortir d’emblée, ce qui limite les risques. Aller ailleurs en Europe va permettre de ne pas apparaitre sur les fichiers de la BDF, et donc, si le dossier est correct, il n’y a pas de raison pour que cela ne passe pas, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un crédit au sens strict.

Bien comprendre la location longue durée

Sous l’acronyme LOA se cache une pratique qui est de plus en plus en vogue un peu partout, car elle permet de conduire une voiture neuve sans avoir beaucoup de cash. C’est donc une location mensuelle, qui permet à la fin du contrat, d’acquérir le véhicule en question ou non.

Si vous passez par cette formule pour avoir un véhicule, ayez bien conscience que celui-ci n’est pas à vous pendant toute la durée du contrat. Vous n’êtes que le locataire, et devrez le rendre le moment venu si vous ne voulez pas payer le supplément pour le conserver.

Attention aux kilomètres parcourus : bien souvent, ils sont limités. A ne pas conseiller donc aux grands rouleurs et aux VRP qui sont toute la journée sur la route.

Une solution à moindre coût


Quand on n’a pas les moyens de ses ambitions, il faut bien quand même continuer à conduire pour aller travailler, surtout si on habite en province ou à la campagne. L’idée est valable pour une voiture neuve, mais aussi pour tous les autres véhicules à moteur.

Finalement, ce qui pose le plus souvent question, c’est le mode de financement, pas toujours clair pour les néophytes. Ainsi, il convient de bien le comprendre, d’en mesurer les tenants et les aboutissants avant de s’engager définitivement. La mensualité à payer ressemble à celle d’un crédit, et elle sera du quoi qu’il arrive, à moins de réussir à rompre le contrat.


A LIRE AUSSI : acheter une voiture en Espagne.


Financer sa voiture : le nerf de la guerre

Quand vous louvez acheter une nouvelle voiture, vous avez deux autres solutions que le paiement comptant : la LOA et le crédit bancaire classique.

Pour l’un comme l’autre, on sait d’avance combien cela va nous coûter. Reste qu’une location avec option d’achat ne vous rendra pas d’emblée propriétaire du véhicule.

Pour cela, il faudra s’acquitter de la valeur dite résiduelle, et elle peut être importante selon le véhicule en question. Nous vous conseillons donc de bien comparer les avantages (et les inconvénients) des deux formules, pour ne pas croire ce qu’il n’y a pas lieu de penser.

Comment faire son choix ?

Il faut se poser les bonnes questions au moment d’opter pour la LOA ou de privilégier un crédit avec sa banque. Souvent, c’est quand même une question de montant, et plus la voiture est chère, plus il est d’usage de mettre en place une location longue durée, d’autant plus que la valeur de ce genre de véhicule se déprécie très vite avec le temps.

Bon à savoir : LDD ou LOA, peu importe, il vous faudra régler les frais de carte grise et d’assurance, sauf si la formule qui vous proposée vous indique qu’ils sont inclus dans le « package ». C’est rare mais ça peut arriver.


SUR LE MEME SUJET : acheter une voiture en Allemagne.


Je suis interdit bancaire: puis-je faire un leasing ?


La LDD pour FICP pose question. Rappelons qu’en principe, un tel fichage interdit tout nouveau prêt.A force de voir les portes du crédit se fermer, les interdits bancaires sont plutôt méfiants, et on les comprend, le refus de crédit n’étant jamais facile à entendre, surtout si conduire est vitale pour son travail.

Les sociétés de leasing, elles, ont l’obligation légale d’interroger la banque de France, après, il peut arrive qu’elles manquent à leurs obligations. Alors, peut-on faire une LOA quand on est FICP ?

Passer entre les mailles du filet

Sachez que vous devriez en payer le prix, une sorte de « supplément » pour les risque encouru. C’est bien connu : c’est avec les interdits bancaires que les intermédiaires financiers s’en mettent plein les poches, afin les escrocs, et il y en a dans ce métier là comme partout ailleurs.


Vous avez votre propre véhicule et vous avez besoin d’argent ? Essayez la publicité sur voiture rémunérée.


Aller voir ailleurs si j’y suis

Quand on passe la frontière, la donne est un peu différente, et il y a pas mal de français qui vont par exemple en Suisse pour prendre l’air frais et y faire plein d’autres choses, comme visiter les sociétés de leasing, entre autres.

Car tous les pays européens n’ont pas la même politique en la matière. Les us et coutumes changent d’un pays à l’autre, c’est ce qui fait la richesse de l’Europe et qui donne le goût des voyages. En Suisse, pas de loi Lagarde, celle-ci ne protégeant que les consommateurs français.

Les pays qui pratiquent facilement le leasing : la Suisse et l’Allemagne


Pour quoi ces deux pays là ? Parce que par habitude, on y conduit de grosses voitures, des cylindrées qui coutent très cher. On y trouve donc beaucoup d’intermédiaires qui y pratiquent la location longue durée avec ou sans option d’achat. A Zurich, à Genève, à Munich, à Berlin… Profitez-en pour faire du tourisme, et pour joindre l’utile à l’agréable.

C’est parfois le refus de crédit qui pousse à tenter l’option du leasing. Une formule qui a ses bons mais aussi ses mauvais côtés.

Attention à l’étranger

Pour un français qui trouve son bonheur en Suisse, une mise en garde s’impose quand même. Les contrats ne sont pas les mêmes qu’en France, et à ce titre, il va falloir bien décortiquer le sien avant de le signer et d’engager ses deniers.

Car durant les 4 ans (ou plus ou moins, c’est une moyenne) que va durer la location, il peut s’en passer des choses. Qu’arrive-t-il en cas de vol, de panne, de dégradation, d’accident, d’incendie, j’en passe et des meilleurs ? Et puis, si on se rétracte, quels seront les frais à payer ? Ils peuvent varier du simple au triple d’une société de leasing à une autre.

Les spécificités suisses

Les intermédiaires financiers ne sont pas des philanthropes. L’adage disant qu’on ne prête qu’aux riches n’est pas une légende, surtout en Suisse.

Concrètement, plus vous avez d’argent et plus on vous ouvrira la porte en grand, même si vous avez eu quelques soucis de crédit dans le passé. A l’opposé, si vous êtes un smicard en surendettement, pas la peine de faire le voyage.

Sachez que comme pour un crédit classique, il est parfois possible (et recommandé) de négocier le taux de son leasing, histoire de faire baisser un peu sa mensualité après d’âpres négociations. Les marques qu’il est possible de trouver en LOA : mini, Mercedes, Ford, BMW…

L’autre pays où on pratique le leasing de bon coeur : le Luxembourg


Le grand duché est lui aussi le pays des grosses voitures. Ses habitants aiment quand le moteur rugit, les autoroutes y étant de bonne qualité. C’est l’endroit idéal pour celui qui recherche un véhicule haut de gamme.

Le leasing étant une pratique fréquente au Luxembourg, les prix suivent, et sont vraiment compétitifs à catégorie égale par rapport aux autres pays européens. L’occasion de conduire une Ferrari.

Les conditions luxembourgeoises

Ce qu’il faut savoir : on vous demandera presque toujours ce qu’on appelle là-bas un dépôt de garantie pouvant aller jusqu’à 1/3 du prix de la voiture. De la même façon, les mensualités peuvent ne pas être d’un montant égal d’un mois sur l’autre. Enfin, il faudra avoir les revenus en adéquation avec ses ambitions.

C’est donc plus que le 1er loyer en France. Par contre, il n’y aura pas d’avance de TVA à faire : une bonne nouvelle pour les entreprises et pour leur trésorerie.

Même quand on se retrouve fiché BDF, on n’a parfois pas le choix, au risque de perdre son travail. Dans tous les cas, assurez-vous de ne pas dépasser votre taux d’endettement et d’avoir les capacités de remboursement.