[URGENT] Besoin d’Aide Financière Sans Faire de Crédit?


Ces aides financières dont on ne vous a peut être jamais parlé (CAF, CCAS, Pôle Emploi, RSA…) !

Avoir besoin d’argent rapidement, c’est souvent aller voir sa banque pour essayer d’avoir un crédit. Généralement, le recours à l’emprunt bancaire est long, fastidieux, et n’aboutie pas toujours. Il faut toutefois savoir que dans le cas d’un besoin d’une aide financière, il est possible de trouver de l’argent sans faire de crédit. Qu’il s’agisse de la prime de naissance PRO BTP, de l’avance Pôle Emploi ou du secours CAF, il existe tout un tas de façons d’emprunter de l’argent sans passer par une banque. Oui, mais comment avoir des aides financières ? A suivre, les façons de les obtenir.

La prime de naissance CAF


Commençons par l’arrivée d’un bébé à la maison, source de joie mais aussi de nombreuses dépenses, faisant dire à bien des mamans « j’ai besoin d’argent ». Dans ce cas là, valable aussi pour une adoption, et comme un crédit sans justificatif de revenu n’est pas envisageable, il faut faire le tour de ses droits CAF.

La caisse aide les parents à faire face aux coûts de la petite enfance, avec notamment une prime à la naissance. C’est une aide financière qui est versée en une fois, dès les premiers jours de l’enfant, aux parents qui peuvent faire cette demande du fait de leurs revenus modestes (il y a un plafond à ne pas dépasser). Cela ne veut pas dire qu’il faille la demander après la naissance.


Il faut le faire bien avant, et ce dès qu’on sait être enceinte

Dans tous les cas, pas après la quatorzième semaine de grossesse. Il n’est pas nécessaire d’avoir son examen médical tout de suite.

La déclaration peut se faire en ligne, et les documents prouvant la grossesse être envoyés plus tard. Cette prime n’atteint pas tout à fait 1000 euros (un peu plus importante pour une adoption, quel que soit l’âge de l’enfant), mais c’est déjà ça de pris, même si avoir un enfant n’a pas de prix. Si vous avez des doutes sur vos droits, vous pouvez toujours vous rendre sur le site de la CAF pour faire une simulation.

Les aides financières des CCAS


Mais la CAF n’est pas la seule pourvoyeuse d’aides en France. D’autres organismes sont aussi là pour accompagner la vie quotidienne des plus démunis, comme les CCAS, que l’on trouve à peu près dans toutes les villes. Elles fournissent des aides aux personnes en grande précarité, ou en passe de l’être, le but de l’intervention des CCAS étant que des situations compromises ne s’aggravent pas.

Parmi ce qu’il est possible de leur demander, la prise en charge des factures en retard, notamment celles qui permettent de se chauffer ou de se loger : les factures d’énergie (EDF, GDF…), d’eau (Veolia…), de téléphone (France Telecom…), les loyers en retard, l’assurance de la maison…

Attention, ce n’est pas à vous de faire la demande, mais à l’assistante sociale que vous avez vu avec toutes les pièces justifiant de votre situation (car il faut bien prouver ses dires). Les ressources sont donc au centre au débat. Il faut qu’elles soient faibles. Les dossiers passent en commission toutes les 2 semaines, ce qui permet quand même de traiter les demandes assez vite.

Des mesures exceptionnelles

Certaines situations font qu’il est nécessaire d’obtenir une aide en urgence. Quand on n’arrive pas à se sortir de son découvert par exemple, il faut bien à un moment ou à un autre réussir à se remettre d’aplomb, et cela peut passer par une mesure de financement particulière.

Dans le même style, on trouve aussi tout ce qui concerne le handicap et les mesure coûteuses qui y sont associées : être à 1/2 aveugle et se payer un chien guide, c’est un sacré budget. Même chose pour les frais d’obsèques. Bref, les situations où on tombe dans la galère sont nombreuses, et peuvent motiver une demande au CCAS de sa ville.



L’action sociale des caisses de retraite


On les oublie un peu trop souvent, mais c’est vrai qu’elles agissent plutôt dans l’ombre. Les caisses de retraite (ainsi que les complémentaires) apportent beaucoup d’informations à ceux qui en font la demande, sur leurs droits, mais pas que, puisque leurs services sociaux sont très actifs.

Il faut dire que la période où on stop son activité professionnelle pour des raisons liées à l’âge engendre une baisse de ressources conséquentes en fonction de ses années de cotisations. C’est un soutien non négligeable quand on n’a pas de famille proche vers qui se tourner.

caisse de retraite

Les caisses de retraite agissent donc pour trouver des solutions, mais aussi en amont, pour éviter que les problèmes n’arrivent. Ainsi, tout ce qui est lié à la perte d’autonomie peut en principe être prévu, et l’anticiper permet de réagir immédiatement quand elle arrive.

Ce soutien ne vise pas toujours à un accompagnement vers une maison de retraite. Le maintien à domicile fait partie des possibilités, à condition que le logement soit aménagé pour garantir à la personne des conditions de sécurité optimales. Là encore, les aides varient en fonction des ressources, et il est bien évidant que les petites retraites seront privilégiées.

Mieux vaut prévenir que guérir

Les caisses de retraite, c’est aussi des personnes au bout du fil ou dans des ateliers qui sauront répondre aux questions des adhérents. Il y a même des stages qui sont organisés avant la date de la retraite pour bien l’appréhendée, à tous points de vues.

Votre demande peut donc être faite auprès de votre régime général, mais aussi auprès de la caisse complémentaire dont vous dépendez, si vous y avez cotisé. Bon à savoir : même les aidants peuvent bénéficier de ces services.

Les tickets loisirs de la CAF (appelés aussi chèques vacances, bons temps libre…)


Revenons pour un temps à la caisse d’allocations familiales, bien utile dans ces temps difficiles, même si on regrette parfois que tout le monde ne soit pas égaux devant son action. La CAF, ce n’est pas qu’une réponse à l’urgence, c’est aussi tout un dispositif pour améliorer les conditions de vie des moins privilégiés d’entre nous, avec les tickets loisirs par exemple.

Ces chèques pour prendre du bon temps vont permettre de sortir, de faire du sport, d’aller au cinéma, de lire, de se cultiver, bref de penser à autre chose qu’à ses problèmes. Ils sont distribués pour les familles qui sont éligibles.

ticket loisirs CAF

Attention, l’âge des enfants est important. Certaines CAF, comme celle de Paris s’arrêtent à 15 ans (les budgets ne sont pas illimités). D’autres, comme celle de la Sarthe, vont jusqu’à 16 ans. Les bons ont généralement un petit montant, mais il y en a plusieurs par carnet, pour une aide par famille avoisinant les 100 euros (là encore, c’est une moyenne). Il faut les dépenser dans le département qui les a octroyés.

Le prêt installation


Là, on touche quelque chose d’essentiel, visant à permettre aux plus pauvres de vivre dans des conditions décentes. Prendre un logement, c’est devoir donner 1 mois de caution, prendre une assurance, déménager… Donc des frais.

Dans le Pas-de-Calais, la CAF permet à ceux qui n’ont pas un prêt en cours chez elle et n’étant pas sous la coupe du fonds de solidarité logement de pouvoir emprunter 1000 euros, cette somme permettant de faire face aux premiers frais, la liste des dépenses s’allongeant assez vite. Attention à la période de la demande : elle doit être proche, avant ou après, de l’aménagement.

Le RSA pour les jeunes actifs (moins de 25 ans)


Si comme le dit le poète on n’est pas sérieux quand on a 18 ans, on est aussi fauché comme les blés. Nous rappelons quand même qu’à partir de cet âge et jusqu’à 24 ans, il est possible de faire une demande de RSA jeune actif pour celui qui habite en France et qui a travaillé suffisamment pour y avoir droit. Les calculs sont complexes, mais grosso modo, il faut avoir travaillé au moins 2 ans (et pouvoir le justifier), hors stages. La démarche à faire ? Se rendre à sa CAF.

Les aides financières de Pole Emploi


Peut-on demander une avance à Pole Emploi ? C’est une des premières questions qu’on se pose quand on se retrouve au chômage. Si on ne peut pas vraiment parler d’avance, les moins de 26 ans ont quand même le droit à certaines aides, qui vont leur permettre, en principe, de se remettre dans le circuit du travail plus rapidement.

Ainsi, ceux qui viennent de retrouver un travail vont peut être avoir besoin de s’habiller, de se déplacer (prendre les transports ou faire réparer sa voiture), et vont manquer d’argent pour cela le temps que tombe le premier salaire. Pôle Emploi, dans une certaine mesure, peut prendre en charge ces frais là. Le plafond est fixé à 800 euros. Dernière bonne nouvelle : cette aide n’est pas imposable, ce qui évite le retour du boomerang l’année d’après.

Faire un crédit à sa banque n’est donc pas la solution ultime. Si vous n’avez pas peur des démarches administratives, c’est à vous de jouer. Bonne chance.