Barème National Resto du Coeur 2018: qui y a droit et qui ne peut pas en bénéficier ?

Chaque hiver, quand on a des problèmes d’argent, il faut passer par l’inscription aux Restos du Coeur. Les conditions sont les mêmes que pour l’année précédente. L’aide alimentaire gratuite n’est pas réservée qu’aux plus démunis, mais à tous ceux qui se retrouvent dans la galère à un moment ou à un autre. Faire une demande et la voir accepter, c’est la certitude, à Paris comme ailleurs d’avoir au moins un bon repas chaud par jour. Mais comment s’inscrire aux Restos du Coeur ? Si les démarches administratives vous effraient, lisez les quelques lignes qui suivent. Elles vous faciliteront la tâche.

Qui à droit aux Restos du Coeur ?

C’est la question qu’on finit toujours par se poser. Une seule règle : il faudra justifier de sa situation difficile, même si elle est passagère.

L’inscription, pour aller remplir son panier dans une épicerie solidaire des restos se fait chaque année, et elle est gratuite. Si vos ressources dépassent le minimum requis, vous avez toutefois le droit d’aller faire la queue chaque soir près d’un camion du coeur pour bénéficier d’un repas sur l’instant. Aucun papiers ni justificatif d’identité n’est exigé pour cela.

Les règles

Et comme il y a de plus en plus de demandeurs, les règles quant aux ressources sont de plus en plus strictes, les revenus devant être de plus en plus bas… Heureusement, les ressources ne sont pas le seul facteur pris en compte. On fait le parallèle avec vos dépenses mensuelles incompressibles, comme le loyer par exemple, les factures de cantine, la pension alimentaire et les remboursements de crédits en cours (avec toujours un oeil sur le surendettement pour l’apport d’une aide d’une autre nature si besoin).

Et les restos ne sont pas sectaires. Si depuis quelques semaines vous connaissez un sérieux bouleversement dans vos revenus, il sera pris en compte, même si vos justificatifs disent le contraire.

Les bénéficiaires : des profils variés

Non, il n’y a pas que des demandeurs d’emplois aux Restos. Non, il n’y a pas que des immigrés ou des cas sociaux. Tout le monde peut, à un moment ou à un autre de sa vie avoir besoin d’une main tendue, et de la solidarité pour subvenir à ses besoins primaires.

On y croise donc des célibataires, des familles nombreuses, des parents seuls avec un enfant (ou plusieurs), des retraités, des étudiants, des travailleurs pauvres, des smicard, des personnes au RSA… Et si vous combinez le fait d’être au chômage et à la tête d’une famille monoparentale, il y a de fortes chances pour que vous soyez un bénéficiaire en puissance. Et si vous êtes un petit nouveau pas de panique : 50% des bénéficiaires sont dans ce cas chaque hiver.

Pour les bénévoles, il n’est pas toujours facile de déterminer qui a le droit d’être aidé, et qui ne l’a pas. En revanche, il n’y a pas de tergiversation sur le salaire minimum : si vous gagnez plus de 667 euros par mois, les paniers repas ne sont pas pour vous, sauf exception et situation d’urgence particulière Il vous reste les camions toutefois.



Les justificatifs à apporter lors de sa demande d’inscription

Ne perdez pas du temps à revenir 20 fois au bureau de l’association parce qu’il vous manque toujours un papier… Les demandeurs sont nombreux, alors assurez vous d’avoir toutes vos pièces justificatifs lors de votre demande.

Encore mieux : ayez les originaux + toutes les photocopies avec vous : vous ferez gagner du temps aux bénévoles qui pourront traiter plus de demandes grâce à votre anticipation.

justificatifs pour restos du coeur

  1. D’abord vos revenus : bulletins de salaires (les 3 derniers), ou attestations Pôle Emploi pour les chômeurs + toutes les aides éventuelles de la CAF.
  2. Ajoutez-y votre dernier avis d’imposition.
  3. Ensuite vos charges : remboursement d’emprunt, quittance de loyer…
  4. Vous devrez aussi prouver la composition de votre foyer (livret de famille) ainsi que la scolarité des enfants (certificats de l’école).

Faut-il changer les barèmes, trop injustes pour certains ?

C’est ce que pensent certains demandeurs d’emplois qui n’ont pas accès à l’aide alimentaire, notamment parce qu’ils sont indemnisés. Sauf que la chute brutale des ressources peut apporter sa dose de précarité.

Car même avec des revenus diminués, il faut continuer à payer son loyer et ses charges, qui elles, ne bougent pas (ou alors vers le haut). Il y a ainsi toute une catégorie de population hors barème, même si ces gens ne sont pas parmi les plus démunis. Car les restos n’ont pas les moyens financiers d’aider tout le monde, malheureusement.

L’inscription : un moment pas difficile à passer

Les bénévoles ont l’habitude de la pauvreté, des situations difficiles. Il sauront vous mettre à l’aise si toutefois vous débarquez aux restos sur la pointe des pieds. La période d’inscription est assez longue, elle se termine à la fin de l’hiver. Le mieux, pour bénéficier d’une aide dés le début de la campagne est d’aller s’inscrire 2 semaines avant qu’elle ne débute. Il y a forcément un centre près de chez vous.

s'inscrire aux restos

Si jamais votre situation s’améliore après quelques semaines ou quelques mois, soyez honnête, et indiquez le aux Restos. D’autres pourront alors profiter de ce que vous avez eu la chance d’avoir eu quelques temps pendant votre période de galère. Toucher de nouveau un salaire vous procurera force et estime de vous. Ne plus avoir le droit aux restos, c’est la preuve que vous vous en êtes sorti, alors souriez !

Qu’est-il possible d’avoir aux Restos du coeur ?

Un sourire, de la chaleur humaine, mais pas que. A manger d’abord. Les paniers repas sont complets et pour toute la famille. Vous avez le droit d’aller en chercher une fois par semaine, voire deux, si le centre dont vous dépendez est important. Il y a des repas pour 6 jours, et en plus, ils sont équilibrés : légumes, féculants, et une viande ou un poisson. Dessert, fruit et pain.

De plus, vous y trouverez d’autres produits nécessaires à la cuisine ou au petit déjeuner, ainsi que le kit hygiène de base. En bref, venez avec votre chariot, vous avez des chances de le remplir si vous êtes nombreux à la maison. Si vous êtes seul à bénéficier de l’aide des restos, c’est jusqu’à 9 repas par semaine auxquels vous pouvez prétendre.

A Paris, les Bébés du Coeur pour aider les enfants en bas âge

La capitale innove en permettant à ceux qui ont des tous petits de s’en sortir un peu mieux, car un bébé coûte cher : repas, couches, hygiène, vêtements, matériel de puériculture, jouets… Aux Bébés du Coeur, on vient chercher une aide matériel mais pas que : on y rencontre d’autres parents qui sont dans une situation similaire, on échange, on sympathise.

On peut aussi aller y chercher des conseils ou y faire soigner son bébé : des pédiatres et des puéricultrices sont sur place. De plus en plus de familles bénéficient de ce service gratuit à Paris. Une bonne initiative qui se projette sur le long terme pour pouvoir suivre les enfants.

Les Camions et Bus du Coeur

Ils sont fait pour tous ceux qui ont faim, mais ce sont principalement les SDF et les personnes isolées vivant dans la rue qui en bénéficient. Ce sont des points chauds où il est possible de manger, mais aussi parfois de rencontrer un médecin et d’avoir des vêtements d’hiver et des couvertures par grand froid. Pas d’inscription, rien à dire, juste bonjour et merci, et rien à justifier.

Les personnes les plus isolées, les marginaux, peuvent ainsi éviter de se retrouver « hors de la société ». Une main tendue, pour retrouver un peu de dignité. Certains accueils de jour permettent également de prendre une douche et même de faire des activités sportives…

Les restos du coeur essayent d’aider le plus de personnes possibles, mais ils font avec les moyens du bord. Si vous n’entrez pas dans les critères, vous pouvez toujours faire valoir une situation d’urgence si c’est le cas, ou sinon, vous rabattre sur les camions qui sillonnent les grandes villes. Besoin d’argent ? Essayez aussi le crédit entre particuliers et le chauffage moins cher.