Combien Coûte un Enterrement: Prix Cercueil et 55 Autres Infos


Mourir n’est pas donné à tout le monde, c’est le cas de le dire. Les frais d’obsèques représentent une enveloppe conséquente pour ceux qui restent, qu’il s’agisse d’en enterrement civil ou religieux, raison pour laquelle il est conseiller d’avoir une assurance décès pour éviter à nos proches cette dépense et les obliger à faire un prêt en urgence. Les tarifs varient entre 1000 et 50000 euros, même s’il est difficile de parler ici d’un budget moyen. Car tout à un prix : crémation, concession, urne funéraire, l’achat d’une pierre tombale ou d’un caveau… Ces additions parfois invraisemblables poussent de plus en plus de français à choisir des obsèques low cost, avec un tarif tout compris. Notre conseil : même si l’heure est à la peine, prenez le temps de faire un comparatif.

Le prix d’un cercueil


Commençons par le plus simple, mais pas forcément le plus agréable : la mise en bière. La famille doit faire son choix assez vite, et se décider pour un modèle, sous la pression pas toujours fine du croque mort, appelé conseiller funéraire pour faire plus chic, à l’instar des techniciens de surface qui ont remplacés nos jardiniers.

Et il faudra choisir entre des milliers d’options, regroupant des bois rares ou pas, des accessoires de luxes (ou pas) et un intérieur 4 étoiles (ou pas). Généralement, la famille, même éplorée, ne regardera que le prix. Après tout, si c’est pour en profiter pendant quelques jours à peine, pourquoi y mettre une fortune ?

Il faudra quand même se lever de bonne heure pour trouver un cercueil qui coûte moins de 1000 euros. Par contre, dès qu’on va parler de bois massif, l’addition va vite grimper, allant assez vite chercher les 3000. La solution pour les fauchés ? Le cercueil en carton, encore plus pratique pour une incinération : on démarre à 100 euros, prix d’appel. Mais oserez-vous demander le premier prix ?


Le cout des modèles en chêne massif et pin

Mais le prix moyen d’un enterrement, ce n’est pas que le coût du cercueil, ça serait trop simple. Raison pour laquelle il ne faut pas s’enflammer pour une boîte, et plutôt garder son argent pour les fleurs, histoire que tout le monde en profite.

C’est toutefois la dernière demeure, et à ce titre, beaucoup y sont attachés, surtout si la personne décédée avait émis le souhait de partir en grandes pompes plutôt que lors de funérailles à bas prix. Le poids de la société, de son regard, peut avoir ici son importance, et en étant un peu radin, on peut avoir l’impression de manquer de respect au défunt, même si tout cela finira par partir en fumée, ou dans l’estomac des petites bêtes.

Quant au prix des cercueils

On ne comprend pas toujours ce qui fait leur différence. Il va y avoir la qualité de la fabrication, des finitions, les matériaux choisis, les aménagements intérieurs et extérieurs. Mais entre mille et trois milles euros, il y a quand même un gouffre, et jusqu’à preuve du contraire, les couturiers ne sont pas encore mis à signer ce genre de création.

La nouvelle tendance : le carton

Certes, c’est moins solide, mais qui va s’en soucier ? Quand un décès nous tombe dessus sans crier gare, on n’a pas forcément provisionné la somme nécessaire pour l’enterrement.

Le carton peut être une solution de dernier recours, en plus c’est écologique. Pour les gens qui vivent avec conviction, dans ce monde là ou dans l’autre, c’est important.

On peut ainsi réaliser de belles économies (+ de 80%) tout en choisissant de ne pas détruire encore un peu plus la nature. Mais là encore, même dans l’économique, on trouve plusieurs qualités de cartons, avec des prix oscillant entre 100 et 600 euros. On peut même opter pour une touche de personnalisation, un peu de fantaisie ne changeant pas grand chose à la situation présente.



La crémation


Il y a un vrai match avec le classique enterrement, car la technique employée est différente, même si le résultat final est le même. Le désir de redevenir poussière assez vite après la mort touche maintenant 1/3 des français. Mais ne pensez pas que ne pas opter pour la traditionnelle mise en terre vous coûtera moins cher.

Et puis, il y a l’impact psychologique de finir dans un four. La famille et les amis sont déjà bien secoués par le décès, et certains ne supportent pas cette idée. Le moment où on voit partir le cercueil derrière les portes de l’incinérateur est vraiment difficile à vivre, même si on a respecté les volontés du défunt.

Il faut d’ailleurs avoir l’autorisation de la mairie pour le faire. Et à 850°, tout disparaitra, hormis un peu de poussière, les cendres, qui seront dispersées, ou non, selon les directives de la personne morte.

Combien ça coûte ?

Le coût d’une crémation est non négligeable, même si les frais de cimetière ne sont pas les mêmes que ceux de l’achat d’un caveau funéraire. D’abord, il faut quand même un cercueil, pour la présentation du corps au crématorium. Le fait de finir à 850° pousse quand même les familles à y aller petit bras sur la qualité de celui-ci.

Il faut donc compter environ 3000 euros plus l’achat éventuel d’une place au columbarium, pas très sexy quand même. Répandre les cendres dans la nature coûte moins cher. Quant on a déjà de la famille dans une tombe et qu’il y reste de la place, on y réfléchit donc à 2 fois.

Les dépenses : combien coute un enterrement simple ?

La liste de ce qu’il y a à payer pour une crémation est longue. C’est un commerce comme un autre et les croque-morts ont de l’imagination pour alourdir l’addition.

organiser une crémation

Il y a d’abord le cercueil, nous ne reviendront pas dessus, puis la mise en bière. Les frais de crémation, éventuellement l’urne et le déplacement du corps, puis tout ce qui concerne l’organisation de la cérémonie en elle même. On peut aussi souhaiter que le corps du défunt soit nettoyé ou même conservé, ces soins pouvant aller jusqu’à 500 euros (ils demandent quelques heures de travail et un matériel spécifique).

Si les bras manquent, on peut aussi avoir besoin de porteurs, qui ne se cassent pas le dos gratuitement, éventuellement de faire appel à un homme de culte, de donner des pourboires aux uns et aux autres, de faire paraître une annonce dans le carnet du Figaro, de fleurir le crématorium, de faire imprimer des faire-parts… Autant vous dire que si cela vous arrive à Paris plutôt qu’à Clermont-Ferrand, le total de tous ces services pourra fortement varier.

La cérémonie

Elle est libre, même (et surtout) dans un crématorium. On peut lire, dire des choses, passer une vidéo, chanter, écouter de la musique. Généralement, quelques morceaux choisie viennent ponctuer les interventions des amis venant raconter quelques anecdotes, avant la musique finale de départ qui tirera sans doute les larmes à tout le monde. Par contre, on ne verra pas le cercueil entrer dans le four, et les cendres seront remises à la famille quelques heures plus tard.

Les règles et obligations légales d’une incinération

C’est la police qui doit sceller le cercueil avant qu’il ne passe la porte du four, alors que pour une inhumation, elle n’a à le faire que quand le corps voyage.

Attention : tout le monde ne peut pas demander une crémation en cas d’absence de volontés. Seuls les très proches ont ce pouvoir, comme le conjoint, les parents ou les enfants. Si vous décédez et qu’il ne vous reste plus qu’un lointain cousin, que vous n’avez pas laissé de consignes, le maire de la commune refusera certainement de vous laisser disparaitre en fumée.

Reste la délicate question des cendres

Que peut-on en faire ? Le plus simple reste de les disperser dans le jardin du souvenir du cimetière, c’est gratuit mais pas du tout glamour. On peut aussi y réserver une petite « case », ou bien décider de rendre à mer nature ce qui lui appartient, que ce soit dans l’océan ou dans la forêt, à condition que ce souhait soit formulé par écrit avant la mort.

On peut aussi décider d’exposer la belle urne pleine dans son salon, au dessus de la cheminée. Mais on ne peut pas faire cela n’importe où et la mairie doit savoir où se passera l’opération.

La case dans un columbarium

Dis comme cela, ce n’est pas très réjouissant. Il s’agit souvent d’un petit monument, hors du sol, où sont alignés les cendres des uns et des autres, dans des petites urnes. Chaque locataire à sa case pour la poser derrière une porte en granit. Ils ne sont pas toujours très design, ça dépend du cimetière. Ce sont des concessions de 30 ans, après il faut les renouveler. Tout comme dans la terre, il y a une petite plaque sur cette porte indiquant nom, prénom, ect…

Au moment de faire son choix, il faudra faire le chèque qui va avec. Les prix dépendent des cimetières, ils ne sont pas fixés par arrêtés. Comptez de 500 à 1000 euros selon la durée choisie.

La cavurne

C’est une alternative au columbarium, sauf que là, on ne finit pas en l’air mais sous terre, c’est un tout petit caveau dans lequel il y a la place de mettre l’urne. On peut même se serrer pour permettre aux membres de notre famille de venir nous rejoindre un jour (le plus tard possible, bien entendu). La fermeture est étanche, à l’aide d’une dalle de béton.

L’avantage d’une cavurne est d’avoir un endroit pour venir voir le défunt et se recueillir. On peut aussi passer y déposer des fleurs. Le prix est à peu près le même que pour une place dans le columbarium (qui n’est pas une cage à colombes, ne pas confondre).

Les obsèques low cost


Ca marche pour les voyages, alors pourquoi pas pour le dernier d’entre eux ? Car ce n’est pas parce qu’on a expiré que la crise s’arrête, et que les poches de nos proches vont se remplir (où les nôtres si on se charge de tout avant de passer à trépas). Régler toutes ces dernières formalités de notre passage sur terre ne devrait pas être un luxe, et il devrait être possible de ne pas se faire tondre une dernière fois avant de tirer le rideau.

enterrement moins cher

La concurrence faisant rage aussi chez les croc-morts, certains affichent clairement leur volonté de proposer un service de base, plutôt bas de gamme, et surtout beaucoup moins cher. Sans aller jusqu’à faire des promotions, ce qui serait plutôt considéré comme de l’humour très noir, ils affichent des prix low cost qui séduisent les petites bourses et tous ceux qui n’ont pas envie de se faire arnaquer.

Même la mairie de Paris s’y met, en proposant un package tout compris à moins de 1000 euros (ce qui représente 2000 euros d’économie sur le prix moyen d’en enterrement en France).

Simplicité et transparence

Connaître le prix à l’avance lorsqu’il est affiché en gros sur les vitrines des spécialistes de l’obsèques rassure le client qui a ainsi l’impression que le prestataire de services ne va pas profiter de son état affectif touché. Et cela ne veut pas dire qu’un service low cost sera forcément quelque chose de qualité inférieure. Les prix tirés vers le bas peuvent aussi être une conséquence d’une très bonne gestion de son activité par l’entrepreneur de pompes funèbres.

Par exemple, il est maintenant possible de tout organiser directement par Internet. Cela ne remplace pas le contact humain, mais permet de faire de grosses économies sur la gestion des stocks. D’un autre côté, on peut aussi parfois être soulagé de n’avoir pas a faire à ce contact humain là.

Les tarifs dans les cimetières les plus populaires de France


La mise en terre, c’est aussi devoir payer sa place, pour un certain temps, et devoir la repayer une fois ce temps écoulé au risque d’être déplacé. Bref, le repos a un prix, surtout quand le cimetière est célèbre et qu’on à des stars du rock ou de la littérature a ses côtés. Dis moi qui sont tes voisins et je te dirai combien tu vas payer.

Père Lachaise, le plus connu

Paris sera toujours Paris, et son cimetière le Père Lachaise. Le lieu est tellement chargé d’histoire qu’il fait même partie des visites préférées des touristes, qui viennent admirer l’architectures des caveaux de famille, mais aussi rendre visite à d’illustres pensionnaires comme Jim Morisson ou Gilbert Bécaud.

Et les prix suivent la courbe de ceux de l’immobilier, et pour se faire une petite place au soleil, il faudra débourser:

  • Environ 3500 euros pour 30 ans
  • Plus de 10 000 euros pour une concession perpétuelle

Montparnasse, pour les bobos du Paris Rive Gauche

Ici, c’est moins tape à l’oeil, plus sélect. On peut par exemple y croiser Marguerite Duras ou Sartre au détour d’une allée ombragée. S’il est un peu plus cher que le Père Lachaise pour la perpétuité, il coutera un peu moins cher pour 30 ans. Comme quoi le temps, même mort, c’est toujours de l’argent.

Cimetière marin de Saint Tropez

Le Sud de la France n’a rien à envier au prix qui se pratiquent dans la capitale. Reste l’exception de Saint-Tropez, où il est possible de reposer en paix pour l’éternité pour le prix d’une nuit d’hôtel… Allez comprendre.

A l’opposé du cimetière marin, il y a celui du Château à Nice, le plus cher de France. Il faut dire qu’on se bouscule au portillon pour faire partie des privilégiés qui se réveilleront avec la vue sur la ville chaque matin:

Presque 15 000 euros pour 2 mètres carré!

La crise, visiblement, ne touche pas tout le monde…

Les meilleures assurances obsèques


Pour éviter cette charge lourde des frais d’obsèques à ses enfants, le mieux est encore de s’en occuper quand on est assez valide pour le faire. Car gouverner c’est prévoir, et l’anticipation une vertu. Et puis, c’est quand même un soulagement pour les proches quand on a à s’occuper de rien, ni au niveau de l’argent, ni au niveau des formalités administratives. Car un contrat obsèques bien ficelé prend tout en charge.

Comment régler les frais d’obsèques ?

Quand une personne qui vient de mourir ne s’est pas occupée de ces détails là, il faut bien que son héritier le plus proche si colle. Mais il sera impossible d’utiliser le compte cheque du défunt pour cela, car celui-ci sera automatiquement bloqué dès l’annonce du décès.

frais d'obsèque

Toutefois, si vos poches sont vides et que vous vous retrouvez dans cette situation, tout n’est pas perdu. Si le défunt avait un livret d’épargne, vous pouvez l’utiliser pour cela, si la somme ne dépasse pas 3050 euros. C’est l’entreprise de pompes funèbres qui se chargera de tout avec la banque.

Dans le cas contraire; il reste encore la possibilité de faire déduire ces frais de la succession. D’autres aides existent : l’assurance maladie, dans la limite de 3 salaires pour quelqu’un qui était en activité et les mutuelles.

Souscrire un contrat d’assurance obsèques

Pour rendre tout assez simple ce jour là. On peut choisir l’option de reverser directement un capital aux bénéficiaires, ce qui va leur permettre de régler les frais (ou bien d’en faire autre chose si ça leur chante), ou bien celle de tout payer d’avance et d’organiser la cérémonie dans sa totalité, ce qui permettra d’avoir une playlist véritablement à son gout.

Et personne ne pourra rien venir modifier aux dispositions particulières qui auront été prises. Attention, dans ce cas là, bien veiller à ne pas souscrire une assurance pour une prestation standard, mais bien une pour des prestations obsèques personnalisées, ou absolument tout fera l’objet d’un choix personnel, jusqu’à la couleur des fleurs.

Combien coûte un enterrement musulman en France? 


 …et un rapatriement à l’étranger (Algérie, Maroc, Tunisie…)?

Ouvrons ici une parenthèse pour les gens qui sont de confession musulmane et qui veulent des obsèques en accord avec leur religion. C’est un gros marché en France, et beaucoup de prestataires proposent ce service, puisqu’il existe dans toutes les grandes villes françaises.

rapatriement enterrement

Le rite islamique peut être respecter de 2 façons:

  1. En étant enterré dans une partie d’un cimetière français réservée aux musulmans
  2. En étant rapatrié dans son pays d’origine, le tout dans le respect de la loi française. Car ces obsèques supposent d’appliquer certaines règles quant au lavage du corps, son embaumement, les prières qui l’accompagnent, l’orientation du corps, la rapidité de la mise en terre (pas de crémation).

Pour un enterrement en France, il faudra quand même respecter un délai légal supérieur à un jour plein, et l’obligation d’avoir un cercueil, même s’il est succinct. Si le corps doit prendre l’avion, il doit le faire avec l’autorisation écrite du maire.

Organiser un rapatriement à l’étranger

Pour bien faire les choses, il faut se faire enterrer sur son lieu de naissance, raison pour laquelle de nombreux musulmans souhaitent être rapatriés lors de leur mort. En l’absence d’assurance spécifique, c’est une volonté qui va coûter beaucoup d’argent à la famille et des démarches parfois compliquées.

Quelques exemple de prix : un transport vers un pays d’Europe coûtera environ 4000 euros. Pour le Maghreb et pour l’Afrique noire, comptez plutôt 6000 euros. La variation du prix dépendra des services qui y sont associés.

Tout cela, c’est quand même beaucoup d’argent, et quand on fait ses comptes, on se demande si le jeu en vaut la chandelle. Tout le monde n’a pas une carte black pour payer dans ces circonstances. La meilleure façon de ne pas peser sur le budget de ses proches reste de s’en occuper de son vivant.

Régler tous les frais évite d’ajouter des soucis financiers à la peine de sa famille. Ne pas attendre d’avoir 80 ans pour s’en occuper, on ne sait jamais de quoi demain sera fait.