Sponsoriser sa Voiture: Pub Rémunérée 500€ Par Mois?


Rechercher un bon revenu complémentaire, c’est se montrer malin avant tout, sans forcément avoir besoin d’un travail au black pour cela. Saviez-vous par exemple qu’il était possible de gagner de l’argent avec sa voiture ? La méthode pour arrondir ses fins de mois est de faire sponsoriser son véhicule personnel. Un bon moyen de se faire de l’argent de poche sans huile de coude (mise à part celle qui servira à tenir le volant). Mais comment faire ?

Faire de la pub avec son véhicule


Il fallait y penser. C’est tout aussi farfelu que de gagner de l’argent en regardant des pubs, et pourtant ça marche. L’affiche publicitaire est à la mode, et les entreprises sont de plus en plus nombreuses à la proposer sur la vitre arrière ou ailleurs.

Combien ça rapporte ?

Qu’il s’agisse de son véhicule personnel ou professionnel, on est toujours intéressé par les tarifs, le but étant de gagner un peu plus d’argent, comme on pourrait le faire avec un job d’appoint à domicile.

Les entreprises qui proposent de la pub rémunérée ne vont donc pas toutes payer le même prix. Alors, une pub sur voiture rémunérée, combien ça gagne ?


Otocomcom


Rentabiliser sa voiture de luxe suppose de trouver le bon prestataire pour cela, surtout si on est parti acheter sa voiture en Allemagne dans ce but précis. Entre particuliers on cause, et on parle beaucoup  d’Oto comcom, pour autre chose que pour son orthographe. C’est un milieu où les avis des uns et des autres comptent beaucoup car la législation est la même pour tout le monde.

Un particulier peut gagner 200 euros chaque mois en laissant son véhicule se faire customiser. Bien sur, il faudra accepter les regards et parfois les commentaires.

Mais pour 200 euros, le jeu en vaut la chandelle. En principe, toutes les autos sont acceptées pour les programmes. Pas besoin donc d’avoir une Porsche. Une 205 peut suffire…

Pub’n’Drive


Conduite et publicité y font bon ménage, comme son nom l’indique. Il faut dire qu’avoir sa propre voiture, ça coûte chaque mois beaucoup d’argent. Sans parler de l’essence quand on la prend au quotidien pour aller travailler.

Pour un budget moyen, c’est un poste de dépense important, et avec la crise, le chômage et tout le reste, cela devient de plus en plus compliqué, même pour ceux qui ont du boulot.

On peut choisir de dépenser moins ou de gagner plus. Avoir une affiche à l’arrière rapporte de l’argent chez Pub’n’Drive. L’inscription est gratuite et n’engage à rien, sauf à avoir une bonne vue.

La rémunération peut aller jusqu’à 50 euros par mois sans prendre de risques, puisque la visibilité n’est pas entachée.


Vous aimerez aussi : choisir un bon opticien


Quand aux habitudes de circulation, il ne faut rien changer à son quotidien, et continuer à être un bon conducteur, qui respecte le code de la route.

Concrètement, ça se passe comment ?

Pas de panique, vous serez pris en charge et guidez pas à pas. Il faut commencer par s’inscrire sur le site. Facile. Plus le profil est complet, et plus vous avez de chances d’être choisi.

Rien ne vous est imposé. C’est à chaque conducteur de dire oui ou on à une campagne précis. Il se peut qu’un annonceur ne plaise pas. Dans ce cas on refuse, et on passe au suivant. Bien sur, pour être rémunéré, il faudra participer à un moment ou à un autre, même si c’est à Pub’n’Drive que reviendra le choix définitif.

Viendra ensuite le temps de la pose de l’affiche. Les créneaux horaires proposés pour cela sont assez larges, et permettent de ne pas prendre un RTT pour cela. Pour gagner un peu plus, on peut accepter de poser soi même l’affiche reçue à la maison. Il y a une notice explicative pour cela.

Le paiement se fait après la fin de la campagne d’affichage. On le reçoit par chèque à son domicile.



Upskin, les petites smarts qui rapportent (concept abandonné)


Parlons un peu maintenant de ce qui a marché dans le passé. Mais comme tout ce qui fait le buzz, rien n’est éternel. Souvenez-vous. On ne pouvait plus marcher dans les rues de Paris sans croiser une Smart entièrement recouverte de publicités sur la carosserie. Il y en avait des centaines.

Pour les conducteurs, c’était la possibilité d’avoir une voiture sans payer trop cher pendant 1 an. La location, sans apport et avec assurance tous risques était fixée à 169 euros par mois. Autant dire que la sélection des conducteurs était dans toutes les conversations de l’époque.

Et pour ceux qui avaient déjà une smart mais qui étaient intéressés par le concept, il existait également de se la faire customiser contre de l’argent.

Guide : comment faire de sa voiture une cash machine ?


Toutes les occasions pour rentabiliser son véhicule sont bonnes à prendre. La publicité adhésive est indolore pour celui qui est dans l’habitacle. On roule sans s’en rendre compte et on engrange les euros.

Il suffit pour cela de mettre des stickers publicitaires sur sa carrosserie. Les marques sont de plus en plus nombreuses à utiliser ce vecteur de communication.

Toutefois, pour qu’un annonceur s’y retrouve et puisse vous rémunérer correctement, il faut quand même rouler. Si vous ne l’utilisez que pour aller chercher le pain, pas sur que vous soyez une mine d’or pour lui.

Qui peut s’inscrire chez les agences spécialisées ?

A priori tout le monde, sauf les mineurs, à condition d’être visible du public le plus de temps possible. Bizarrement, ce sont plutôt les petites voitures qui sont recherchées, même si la place pour l’affichage est moindre que sur une berline.

La raison: ce sont les citadines qu’on retrouve dans les grandes villes, et elles peuvent se garer à peu près partout. Avec une Smart ou une Fiat 500, c’est le jackpot.


A lire : gagner de l’argent quand on est ado


Il faut quand même avoir à l’esprit que s’il est possible de refuser une campagne, on ne peut pas la choisir. Cela va dépendre des annonceurs qui acceptent de payer pour cela.

Les modalités

Les conditions changent en fonction de la campagne. C’est pourquoi si vous n’êtes pas éligible aujourd’hui, vous le serez peut-être demain. Il se peut parfois qu’un nombre minimal de kilomètres journaliers soit imposé (plus de 600 par mois), ainsi que la zone où il faut rouler et se garer le cas échéant. Si vous avez un box, passez votre chemin. Pour être visible, il faudra se garer dehors.

Combien ça paye ?

Nous avons vu quelques exemples un peu plus haut, avec des compagnies comme Oto ComCom ou Pub’n’Drive. Mais elles ne sont pas les seules sur le marché.

Si on devait donner une fourchette de prix, ils iraient de 50 à 500 euros par mois pour une couverture complète du véhicule, selon la compagnie et la marque de sa voiture. Le principe marche aussi pour les motos.


A voir sur le site : comment gagner des millions


Les sociétés spécialisées sont également Movinpub, et des sites Internet comme carlogo, idzifpro, libertydrive, Caregy, Carpub…

Petit bémol toutefois à cet argent tombé du ciel : il faudra le déclarer aux impôts pour être dans la légalité. Si ce n’est pas du travail en tant que tel, c’est quand même une rémunération et à ce titre, elle est imposable. Ce sont des compléments de revenus.

BONUS : d’autres façons de gagner de l’argent avec sa voiture

La pub n’est pas la seule source de revenu. On peut aussi louer son véhicule quand on est absent, ou bien prendre des passagers pour partager les frais de son trajet.

Louer sa voiture pendant ses vacances : TravelerCar


Ce service s’adresse à ceux qui prennent l’avion pour partir en voyage plusieurs semaines, et qui n’en peuvent plus de payer des fortunes de parking.

En laissant sa voiture chez TravelerCar, le parking est gratuit, c’est donc un premier problème de réglé. De plus, le site collaboratif garanti au moins 100€ par mois de gain (même s’il y a 0 locataires).

laisser sa voiture en location

Le principe: sa voiture est louée à d’autres particuliers pendant son absence. A chaque location, la cagnotte du propriétaire augmente.

Une voiture qui rapporte plutôt qu’elle ne coûte : en voilà une vrai révolution ! D’autant plus que les locataires font aussi des économies, les locations étant – chers que chez des loueurs « classiques ».

Les parkings de la marque se situent pour l’instant près de 3 aéroports : Orly, Roissy et Beauvais. Il y a ensuite des navettes gratuites pour rejoindre son avion en temps et en heure. Le service est aussi valable pour le retour, où on récupérera son véhicule et le chèque allant avec.

Faut-il avoir peur des mauvais conducteurs ?

C’est vrai qu’il n’est jamais facile de laisser sa voiture à des étrangers. C’est un peu son bébé, son joujou. Si la moindre éraflure vous rend cardiaque, ce n’est pas fait pour vous.

Mais la plupart du temps, tout se passe quand même très bien. Il n’y a qu’à voir l’essor du covoiturage par rapport aux doutes que certains émettaient à l’origine.

Ce qui est certain, c’est qu’il va falloir faire confiance à un inconnu, même si l’assurance est là pour palier aux mauvaises surprises. Les conditions TravelerCar : la voiture ne doit pas être trop vieille : – de 9 ans.

L’autre prestataire dont on parle : Tripndrive

Le principe est le même, sauf que des durées plus courtes sont acceptées, à partir de 24H et jusqu’à 2 mois. Ne pas payer son parking d’aéroport est déjà une belle économie. Et si en plus on peut gagner de l’argent… De nombreux aéroports sont concernés par l’offre, à Paris mais aussi dans les grandes villes de province et dans les gares.

Au niveau des formalités, c’est assez simple:

  • Inscription sur le site
  • Réservation de ses dates d’arrivée et de départ
  • Scan et envoie par mail des papier du véhicule
  • Dépôt de la voiture et remise des clés
  • Etat des lieux fait par TravelerCar
  • Le co voiturage

Plus que d’avoir un revenu complémentaire, il s’agit ici de minorer les frais quand on prend sa voiture pour effectué un long trajet, et de ne pas se taper tout seul l’essence et le péage.

Pour les accompagnateurs, c’est la possibilité de trouver un billet encore moins cher qu’avec le train ou de pouvoir quand même se rendre d’un point A à un point B quand celui-ci est complet.

Bla Bla car


On ne présente plus notre pipelette nationale qui fait des émules de part le monde. Quel succès ! C’est devenu une nouvelle façon de voyager à part entière. Pour les nuls et sont qui sortent d’hibernation, voici comment ça fonctionne :

  1. On s’inscrit sur le site en décrivant sa voiture.
  2. On entre son trajet, et la date de celui-ci, ainsi que le nombre de places disponibles, et on peut même fixer le point de rencontre.
  3. On précise si on peut fumer et parler (parfois le silence est d’or), si on peut mettre des valises dans le coffre, emmener un animal…
  4. Le prix du trajet est fixé par BlaBlaCar. Ce n’est qu’une suggestion. A chacun de l’adapter en fonction de l’offre et de la demande.

C’est un peu l’auto stop des gens organisés, même si contrairement à lever son pouce, la démarche est payante. Il y a tellement de monde qu’il est rare de ne trouver aucun accompagnant si on s’y prend un peu à l’avance.

Le covoiturage, ça rapporte ?

C’est quand même un bien grand mot. On ne peut quand même pas vivre du co-voiturage, même en étant un adepte. Et puis, il y a quand même de plus en plus de personnes qui proposent leur véhicule.

Mais avec des trajets réguliers, on peut quand même gagner plusieurs centaines d’euros, qui viendront payer l’essence et enrichir les péages de France.

Plus on a de places et de personnes, et plus on gagne. Même à 20 euros le trajet pour un Paris-Rennes, par 3, ça fait quand même 60 euros.

De quoi absorber les frais et voyager soi même gratuitement, mise à part l’usure du véhicule. Et puis, on peut se dire aussi qu’on fait un petit geste pour la planète en limitant l’émission de CO2.


News: vous connaissiez Waze, l’appli pour éviter les embouteillages ? Et bien, elle appartient à Google, et via cette appli, un service de co voiturage vient d’être lancé.


Faire des économies sur sa location de voiture en Belgique

En Belgique, on peut louer une voiture moins cher avec de la pub dessus. C’est « Je roule malin » qui propose cette formule de leasing. Bien sur, il faut accepter de rouler avec un message publicitaire qui nous suive où qu’on aille.

En échange, on va pouvoir louer bien moins cher, même si ce n’est pas la pub qui va payer l’essence. Mais 60% d’économie sur la location, c’est bon à prendre.

Rentabiliser sa voiture de luxe


Parlons un peu gros sous maintenant. Certaines petites sociétés de location peuvent louer votre voiture de luxe. Celle-ci doit donc avoir une valeur ajoutée par rapport aux autres. Elle peut être de collection, très spacieuse (une limousine), de sport (Porsche)… Bref il faut qu’elle soit prestigieuse.

Louer avec Drivy, ça peut rapporter gros


Là, il s’agit encore de louer sa voiture, mais près de chez soi, pas dans un parking d’aéroport. Pour mettre toutes les chances de son côté, il faut  :

  • De belles photos
  • Un prix correct par rapport au marché
  • Une description précise
  • Un calendrier de location mis à jour
  • De la réactivité
  • De la disponibilité

Chaque loueur gagne en moyenne 30 euros par jour de location, sachant que Drivy prend 30% pour ses frais et pour l’assurance, mais ça peut rapporter beaucoup plus pour des modèles de luxe. Exemples :

  • Tesla motors. modele S : 84 euros par jour
  • BMW série 6 : même chose
  • Mercedes Classe E : 80/jour
  • Lotus Exige Roadster : 84 €
  • Lexus NX : 66 €.

Transporter des colis


Vous ne saviez-pas que le colis-voiturage existait ? Et bien vous voici affranchi. On peut maintenant envoyer un colis via un particulier, qui pourra de son côté facturer le transport et donc se faire rembourser une partie de ses frais de déplacement. Tout va bien sur dépendre de la distance à parcourir mais aussi du poids.

Cocolis

Encore un moyen intelligent de rentabiliser ses trajets. Ce sont les particuliers qui décident de tout entre eux, qui se choisissent, et qui négocient les prix.

Les modalités se résolvent via messages privés. En tout cas, ce sont des économies sur les frais d’envoi à réaliser, même pour de gros objets.

A chacun donc de déposer son annonce, en fonction de son trajet ou de son envoi à effectuer. Seul le paiement définitif se fait en ligne. Le transporteur ne sera payé que quand la livraison est définitivement validée.

Devenir chauffeur privé


On ne pouvait pas finir cet article sur les moyens de gagner de l’argent avec sa voiture sans parler d’Uber. L’application fait le buzz et l’actualité depuis un bon petit moment déjà, pour le meilleur et pour le pire, et ses détracteurs sont aussi virulents que ceux qui la porte aux nues.

Comment devient-on chauffeur chez Uber ?

Il suffit de s’inscrire sur le site puis d’attendre les réservations pour commencer à générer des revenus. Plus on transporte de clients, et plus on gagne.

Il est possible de démarrer très vite après l’inscription, même s’il faut quand même attendre quelque jours pour se faire référencer sur l’appli.

Se faire son propre emploi du temps et compléter son salaire est un rêve pour beaucoup de salariés.

HEETCH

Mais Uber n’est pas le seul, et d’autres veulent leur part du gâteau. C’est notamment le cas de Heetch, dont on ne parle pas encore beaucoup et qui en profite pour avancer sereinement.

Le concept semble moins professionnel qu’Uber, puisqu’il s’agit de trajets conviviaux censés participer aux frais d’entretien du véhicule du conducteur. Sauf que dans la réalité, le principe est le même : transporter pour un court trajet dans sa voiture quelqu’un qu’on ne connait ni d’Eve ni d’Adam.

Il n’est pas possible de gagner plus de 6000 euros par an (mais c’est déjà pas si mal). Le prix du trajet est suggéré par l’appli, à chacun de l’accepter ou non. Pour l’instant le service n’est disponible qu’à Paris, Lyon et Lille.


D’autres articles qui pourrait vous intéresser pour compléter vos revenus :

  1. Tester des produits
  2. Devenir figurant pour des séries TV
  3. Mettre du courrier sous pli