9 Crédits Pour Interdit Bancaire et FICP

Emprunter quand on est FICP, ce n’est pas facile, tous ceux qui sont passés par là le savent. Reste que si vous êtes dans cette situation et que vous avez un besoin d’argent très rapidement, il va bien falloir que vous trouviez une solution. Elle pourrait être parmi celles-ci :

  1. Vous faire déficher
  2. L’emprunt bancaire
  3. Le réméré (pour les propriétaires)
  4. Faire appel à vos amis
  5. Passer par l’étranger
  6. Aller voir une association pour faire un micro crédit
  7. La CAF
  8. Faire racheter votre crédit
  9. Passer par Pôle Emploi (pour les chômeurs)

Comment faire un prêt en étant FICP ?

Ce que vous devez commencer par comprendre, c’est que l’interdiction bancaire est un vrai frein pour pouvoir emprunter. Être fiché, ce n’est pas se faciliter la vie, loin de là. L’inscription sur un des 2 fichiers de la Banque de France, FICP et FCC a justement pour but de ne pas vous permettre de faire un nouveau crédit, pour ne pas que votre situation financière s’aggrave.

Les banques vont donc pouvoir les consulter, et vous prêter de l’argent, ou non, en toute connaissance de cause.

Les différences entre les deux fichiers de la BDF :

FICP : vous pouvez y être inscrit si vous n’avez pas respecter les échéances d’un de vos crédits. Techniquement, vous avez toujours le droit d’emprunter, dans la réalité c’est une autre histoire.

FCC : là c’est encore plus grave. L’inscription vient d’un chèque en blanc que vous avez fait. Les crédits pour un FCC sont interdits pendant 5 ans si vous ne remboursez pas les sommes dues.

1. Ne plus être fiché

Dès que vous allez disparaitre de ces deux fichiers BDF, vous retrouverez votre capacité d’emprunt. Cela semble évident de commencer par là, mais peu nombreux sont les gens qui y pensent en premier.

Un seul moyen pour cela : régler vos mensualités en retard si vous êtes FICP, ou payer les chèques sans provisions si vous êtes FCC. Dites vous bien que le défichage prend un peu de temps, entre 1 et 2 mois, et qu’il vous faudra donc anticiper si vous avez des projets.

BON À SAVOIR : non seulement il faudra payer les sommes qui sont l’objet du litige, mais aussi les frais allant avec. Plus vous avez fait de chèques en blanc, et plus vous aurez d’amendes à régler à votre banque (ça peut monter très vite !).

Modèle de lettre à adresser à votre banque pour qu’elle vous « défiche » :

2. Allez voir votre banque

En principe, c’est le premier réflexe. Après tout, c’est lui qui vous connait le mieux. Rien ne dit que votre conseiller accédera à votre demande, mais il garde la possibilité de le faire (pour les FICP seulement). Reste qu’il ne vous prêtera pas d’argent sans imposer ses conditions :

  • Des rentrées d’argent importante tous les mois
  • Un taux d’endettement faible
  • Et des biens à mettre en caution (c’est mieux si vous êtes propriétaire de votre appartement par exemple).

BON À SAVOIR : sachez également qu’il existe des courtiers pour interdit bancaire (même si les organismes de crédit pour FICP n’existent pas en tant que tel). L’avantage : ils ont l’habitude de traiter des cas comme le votre.

À lire si ça ne passe pas : comment emprunter de l’argent sans passer par une banque.



3. Emprunter en réméré

Peu connu en France, le réméré est assez usité en Belgique et au Luxembourg. À regarder de prêt si vous avez un besoin urgent d’argent.

Cette solution ne s’adresse à vous que si vous possédez un bien immobilier. Le principe est simple : vous mettez votre maison en caution contre un prêt. Plus exactement, vous la vendez en réméré en dessous de sa valeur, avec la possibilité de la racheter au bout de 5 ans par exemple, après avoir remboursé le prêt. En attendant, vous pouvez continuer à l’occupé en payant un loyer au nouveau propriétaire.

MISE EN GARDE : cette « solution » peut vous faire tout perdre. Si vous ne payez pas en temps et en heure, votre bien sera saisit.

Un petit schéma pour mieux comprendre le processus :

4. Emprunter de l’argent à un ami ou à un membre de la famille

Après tout, si vous avez la chance d’avoir autour de vous des gens qui vous aime, pourquoi ne pas les mettre à contribution ? Ils ont le droit de vous prêter de l’argent, à condition que tout soit fait dans les règles, notamment vis à vis des impôts.

Le mieux est de rédiger un acte (entre vous ou un passant par un notaire) reprenant le montant, les intérêts et les modalités de remboursement.

Un modèle simple de reconnaissance de dette :

À CONSULTER ÉGALEMENT : faire un crédit sans avoir de justificatifs de revenus.

Une petite variante : le prêt entre particulier. Vous le retrouvez sur des plateformes comme Younited Credit. Le principe est le même, vous ne passez pas par une banque, sauf que tout est parfaitement régulé.

5. Emprunter dans un autre pays

C’est une possibilité, là encore qui est légale si tout est fait dans les règles, en respectant la législation de votre pays et celle de celui dans lequel vous voulez emprunter.

Avantage pour vous : dans un autre pays, vous serez en quelque sorte « vierge » de toute inscription sur un fichier, puisque les banques étrangères ne peuvent consulter les fichiers de la Banque de France.

Inconvénients : ici comme ailleurs, il faudra que vous gagniez bien votre vie pour convaincre un banquier de vous faire confiance. De plus, certains pays exigent que vous ayez une adresse sur place.

6. Le micro-crédit associatif

On en parle également comme étant un micro crédit social. On oscille ici entre l’aide financière et le prêt pour petit revenu. Il permet à ceux qui sont dans une passe difficile de pouvoir faire un petit prêt (jusqu’à 3000 euros) :

  • Les chômeurs
  • Les interdits bancaires
  • Les gens en CDD
  • Les intérimaires…

Pour en obtenir un, le mieux est encore de vous rendre dans une association qui a l’habitude de monter ce genre de dossier. Son expertise, et son expérience sera précieuse. Les bénévoles travaillent main dans la main avec des banques partenaires et les assistantes sociales.

Pourquoi faire un micro prêt ?

Vous constatez quand même que l’emploi reste le levier principal. Viennent ensuite la formation et le logement.

Les associations vers lesquelles vous pouvez vous tourner :

7. Les aides sociales de la CAF : le prêt d’honneur

Même si chaque CAF est différente (les intitulés peuvent changer selon les départements), elles ont toutes une formule de prêt qui permet d’emprunter une petite somme.

Si vous êtes déjà un allocataire CAF, les démarches seront plus faciles. Soumis à des conditions de revenus, le prêt d’honneur est un prêt à 0% qui vous permettra de :

  • Acheter des meubles ou de l’électro ménager
  • Faire réparer votre voiture ou en acheter une d’occasion
  • Retrouver un emploi
  • Améliorer la salubrité de votre logement
  • Y faire des travaux pour le rendre plus accessible si vous êtes handicapé…

Pour connaître les possibilités que vous offre votre CAF, le mieux reste de la contacter. Vous serez alors si vous pouvez être éligible au dispositif.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la CAF aide énormément de personne, comme avec par exemple le prêt caravane pour les gens du voyage.

8. Le rachat de crédit pour interdit bancaire

Bien souvent, vous ne pouvez pas emprunter car vous êtes déjà au maximum de vos possibilités (auquel cas vous dépasseriez votre taux d’endettement). La solution peut donc être de passer par le rachat de crédit.

En quoi ça consiste ?

Un organisme (celui que vous allez choisir) vous fait un nouveau prêt qui englobe le rachat de tous vos crédits existants avec si vous le désirez une petite rallonge supplémentaire qui vous permettra de financer de nouveaux projets.

Un schéma simple pour comprendre :

Les avantages :

Ce regroupement de toutes vos possibilités va vous permettre de faire baisser votre endettement en remboursant moins que vous ne le faisiez chaque mois. Résultat : votre pouvoir d’achat augmente.

Les inconvénients :

Votre durée de remboursement va être rallongée d’autant. Au final, le crédit vous coûtera plus cher que tous vos autres emprunts réunis.

9. Pôle emploi

Si vous êtes demandeur d’emploi, vous avez une petite chance supplémentaire par rapport aux autres. Il existe des dispositifs d’aides financières pour pouvoir se rendre à une formation, à une offre d’emploi, pour déménager si vous avez trouver un nouveau job…

Bref, n’hésitez pas à en parler à votre conseiller pour voir ce qu’il va vous proposer. Bien sûr, toutes les aides existantes sont tourner vers le retour à l’emploi. Si vous avez besoin d’argent pour partir en vacances, ça ne sera pas le bon interlocuteur !

CET ARTICLE PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER : peut on demander une avance à Pole Emploi ?

Vous cherchez à faire des économies ? Alors je vous conseille :